Quelques conseils pour partir seul

Trip Start Sep 03, 2012
1
11
Trip End Sep 24, 2012


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of France  , Île-de-France,
Monday, September 24, 2012

Bien rentré, j'avoue etre heureux de retrouver mon confort et j'en profite pour faire mon rapide bilan post-voyage.
 
J'ai été ravi par ce -petit- défi d'un nouveau voyage seul mais au départ de Paris cette fois-ci, autre étape dans ma courte vie de backpacker.

Si certains d'entre vous ont déjà essayé le voyage seul (mention spéciale à l'une de mes plus fidèles lectrices pour l'avoir fait à 80 ans passés...), d'autres se posent certainement la question de le faire. Je vous retranscris donc les quelques points que je me suis notés au milieu de ces 64 000 (!) km de voyage (en comptant donc mes pérégrinations de l'hiver dernier), pour ne pas les oublier et que certains d'entre eux vous aident peut-être un jour !

Bilan des courses

Je peux d'ores et déjà vous répéter ce que j'ai dit à certains d’entre vous ces derniers mois, et que je pense plus encore depuis ces 3 semaines en Chine : voyager seul, c'est facile ! Ce qui m’a le plus marqué en commençant l’année dernière en Inde c’est que si vous voyagez seul mais ne voulez pas l’être, vous trouverez toujours un moyen de trouver quelqu'un avec qui passer un moment. Je ne m'en étais jamais rendu compte quand je voyageais en groupe mais une kyrielle de personnes voyagent généralement seules autour de vous, quelle que soit la destination. Le réaliser ne rend que plus facile le voyage en solitaire. 

Les auberges de jeunesse sont de toutes façons souvent de bons endroits pour croiser d'autres backpackers et passer une soirée à discuter avec quelqu'un que vous venez de rencontrer. C'est la plupart du temps incroyablement dépaysant et est surtout l’une des rares occasions de rencontrer des personnes qui viennent d'un environnement ou d'un milieu que vous ne connaissez pas et ne pourriez probablement pas connaître sinon. Tous les voyageurs ne vous ressemblent pas. Loin de là. Très loin de là...

Une expérience forte
 
C'est drôle, en voyage toute notion de réussite académique ou professionnelle s'efface complètement pour laisser sa place à une échelle de valeur diamétralement opposée. 
"D'où est-ce que tu viens, où est-ce que tu vas ?" : c'est la question que tous les routards se posent les uns aux autres, prenant des conseils d'untel pour telle future étape, en donnant à tel autre pour son voyage dans tel pays... La question n'est plus -et n'est jamais- de savoir quel est le parcours académique, professionnel de la personne que vous avez en face. Son expérience de voyageur vaut tous les diplomes du monde et ce qui est valorisé est votre connaissance d'une ville, d'une région, d'un pays donné que vous maîtrisez bien. Tout est remis à plat et permet au jeune australien déscolarisé à 15 ans et disant n'avoir jamais entendu le mot "economie" de sa vie (Thibault, ça te rappellera quelque chose), de parler sur un pied d'égalité avec la doctorante allemande qui vient de recevoir son PhD en physique. Voire de lui expliquer ce qu'elle devrait faire. C’est vraiment très drôle et en même temps si marquant..

Erik me le rappelait avant de partir : les endroits s'oublient mais les rencontres restent. C'est vrai et permet en tout cas de fixer dans sa mémoire des lieux vus, en y associant des moments forts.
 

Argent : réfléchissez comme un local !
 
- Toujours partir avec une réserve en euros ou en dollars permettant de survivre 2-3 jours dans le pays visité. Je me suis vraiment senti bébête sur ce coup là à Chengdu...

 - Passé le 2ème jour ne convertissez plus la monnaie locale en euros/dollars. En voyage la question n'est pas de savoir si vous payez 3, 4, 10 fois (plus ou) moins cher qu'en temps normal, le but est de payer le bon prix.
 
- Car surtout : négociez systématiquement ou presque, du moins en Asie.
Le bon prix est celui qui vous permet de vous fondre dans l'environnement, dans votre intérêt comme dans celui des autres. Je m'explique.

Dans votre intérêt avant tout évidemment, pas parce qu'il s'agit d'aller économiser un euro sur un prix déjà ridiculement bas au vu de nos références. Discuter le prix vous permet de vivre une expérience si drôle, surtout quand vous êtes systématiquement pris pour un portefeuille sur pattes. C'est un exercice extrêmement riche et satisfaisant, surtout quand vous vous en sortez bien in fine...
Négociez aussi dans l'intérêt des autres, pour éviter une inflation galopante si tous les touristes comme vous acceptent sans broncher des prix bien supérieurs à la norme. Si personne n'essaie de négocier parce que c'est simplement moins cher qu'à la maison, les prix quadruplent en quelques mois à peine. Négocier c'est aussi tout simplement vous assurer que des vendeurs attirés par l'appât du gain ne pullulent pas dans ces endroits, mais que l'endroit conserve un semblant de naturel.
Voyager c'est négocier.


Voyager seul : vraiment pas si compliqué

- Même si vous ne parlez pas chinois et que vous êtes au milieu de nulle part, vous trouverez toujours un moyen de vous faire comprendre. Mais un petit carnet peut toujours servir pour faire noter telle ou telle phrase dans la langue par un local pour vos étapes suivantes.

- Partez souvent du principe que ce qui peut mal se passer, va a priori mal se passer. Quand vous partez pour une randonnée de plusieurs jours quelque part, prévoyez toujours qu'il va pleuvoir et que l'endroit où vous dormirez ne sera pas chauffé. Quand vous devez laisser votre sac quelque part gardez avec vous ce qui pourrait être absolument nécessaire à votre survie dans les 48h (en partant au Mali ne mettez pas votre antipaludéen dans votre valise par exemple… Au risque de devoir l’attendre 5 jours ;)  ).

- Mieux vaut un bon guide de voyage de 1200 pages qu'un modele bien plus compact mais incomplet. C'est un vrai sésame pour trouver les endroits à voir et -plus encore- comment aller de l'un à l'autre. Le gain de temps est en un mot considérable.

- Par contre, éloignez-vous en si vous le pouvez pour les conseils d'hébergements (voire de restaurants), surtout si tous les voyageurs qui vous entourent ont le même guide (ex : le Lonely Planet en Asie). La loi de l'offre et de la demande est probablement passée avant vous par ces établissements, dont les prix réels seront tout sauf ceux écrits noir sur blanc.

- Faites confiance aux conseils des personnes que vous rencontrerez, qu'ils soient locaux ou routards. Mais surtout, faites-vous confiance. Vous réussirez toujours à vous débrouiller seul, à vous tirer d'une impasse ou à récupérer ce temps que vous avez perdu à cause d'un bus raté. Suivez votre instinct, et n'écoutez pas tous ceux qui vous pousseront à revoir à la baisse vos prétentions, voudront que vous n'alliez pas à cet endroit-là car ils ont entendu dire que ..., vous diront que tel pays est très marquant d'un point de vue psychologique et que vous risquez d'en revenir changé, que voyager seul est dangereux ou difficile, que ne pas avoir réservé d'hôtel est insensé, que ... Si vous partez seul c'est aussi que vous voulez de l'aventure, alors faites-vous confiance.
Tout se passera bien si vous vous en donnez les moyens, et ce à mon avis quel que soit le pays.



Réservations : la jouer simple

- Ne réservez pas d'hôtel en avance (hors cas exceptionnel). Vous trouverez toujours sur place et éviterez les mauvaises surprises, même dans les grandes villes.

- Ne réservez pas vos transports en avance si vous êtes souple sur votre programme (un vol intérieur à la rigueur, pas plus). En Asie vous pourrez toujours vous débrouiller sur place à condition de baliser le terrain et de vous renseigner un tant soit peu en avance sur les moyens de rejoindre votre étape suivante. La flexibilité est la clé d’un voyage réussi.

- Evitez les plans trop bien goupillés en termes d’horaires. Les imprévus sont parfois assez... savoureux !

[Improbable : exactement 2 minutes après avoir écrit cette remarque, le bus dans lequel je suis au milieu du Sichuan s'arrête et le fer à souder est de sortie pour bidouiller le moteur. On aura finalement 2h de retard, je suis bluffé par la coïncidence. Et un brin stressé en même temps étant donné que je viens aussi d'écrire les prochaines lignes sur la prise de risques côté alimentation. Chose faite il y a quelques minutes en me goinfrant dans une cantine de bord de route pendant la pause déjeuner...]

 
Nourriture

 - À moins que vous ayez un estomac vraiment très sensible, ne vous empêchez pas de découvrir des goûts délicieux en refusant d'essayer les petits boui-bouis. Même ceux en bord de route peuvent être sûrs tant que vous appliquez quelques principes de base et que vous ne mangez pas n'importe quoi. Au nom du principe de précaution vous risquez de passer à côté de l'une des dimensions majeures du voyage. Et je ne parle pas du ver solitaire. ;)

- Conseil absolument pas lié au précédent bien entendu, mais au cas où : prenez de bons médicaments contre tous les problèmes d'estomac que vous pourriez avoir ! ;)

- Ce qu'un serveur m'a conseillé à Beijing : quand il a peur d'avoir mangé quelque chose de trop épicé il boit un coca juste après le repas. Ce remède de grand-mère/barman ne peut probablement pas faire de mal étant données les vertus bien connues de cette boisson, et le fait qu'on trouve même dans le pire bled de Chine.

- Un autre conseil qu'une personne avisée m'a donné : si vous avez peur du coup de blues, emportez quelque chose à manger qui vous rappelle chez vous. (J'aurais bien pris un bon fromage mais j'ai évité – sage décision à mon avis)

Il y a des dizaines et des dizaines d'autres conseils qui vaudraient la peine d'être écrits mais je suppose que peu d'entre vous seront déjà arrivés jusqu'ici. Bravo et courage, c'est presque la fin !

 
Pour conclure sur ces voyages

En somme, voyager seul est une expérience que je ne pourrais que recommander à tous ceux se posant la question de le faire mais n’osant pas forcément franchir le pas.  C’est l’une des expériences les plus enrichissantes que j’aie vécues et je vous souhaite à tous de la vivre un jour.

J’espère que voyager un peu avec moi au cours de cette dernière année au sens large vous aura fait découvrir des endroits que vous ne connaissiez pas et vous aura donné envie de partir vers certains d’entre eux. Merci en tout cas pour votre soutien, et vos messages.

Je vous embrasse tous bien fort ! Et je vous le promets : commençant à bosser dans moins de deux semaines, vous ne devriez plus recevoir de « Victor says Hi from… ».

Du moins pas tout de suite. ;)
Slideshow Report as Spam

Comments

Morgane on

Super post mon Vicou, pleins de bons conseils pour partir a l aventure! Reviens vite faire le voyageur solitaire du cote hongkongais! Miss u already...

Dudu on

Belle conclusion Monsieur !!

Pour les antipaludéens en revanche, je me rangerais plutôt du côté de la sage Marie-Jo : "on vit très bien avec le palu, c'est juste un gros rhume une fois par an !"

PS : Momo sauras-tu franchir le pas et partir solo ;) ?

Adri on

Yes, super intéressant. Je te rejoins totalement sur le fait que voyager seul fait très peur dans l'idée mais une fois qu'on se lance on a rarement de mauvaises suprises. Si on croise des gens avec qui on accroche bien et qu'on est un peu flexible sur le programme y'a moyen de vivre des moments très sympa et au moment où t'as plus envie d'être là t'es déjà parti !
Sinon, chapeau tu m'as donné envie d'aller découvrir la Chine et l'Inde !

Welcome back

curryandspices
curryandspices on

Momo je peux te dire que Shanghai me manque déjà... Je sens que je vais pas attendre très longtemps avant de repasser dans le coin, et donc à HK. ;)

Quant au palu, je pense que Marie-O a maintenant d'autres chats à fouetter parce qu'elle est la seule à croire qu'elle est malienne. Ca doit swinger dans le quartier en ce moment !

Adri (j'ai un doute sur lequel...) c'est exactement ça. T'es jamais déçu et en plus tu peux vraiment choisir avec qui tu voyages. Ton programme change généralement assez vite au gré des gens sympas et des relous rencontrés sur le chemin ! ;)

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: