Les cataractes d'Iguacu

Trip Start Dec 02, 2008
1
49
51
Trip End Aug 26, 2009


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
MarcoPolo Inn Iguacu

Flag of Argentina  , Litoral,
Wednesday, March 4, 2009

Nous arrivons a Puerto Iguazu vers midi. Il fait étouffant. Nous prenons une navette de l'aéroport qui nous emmène a notre hostel avec piscine (quel luxe!) dans le village. Celui-ci s'est développé grâce au tourisme (un de plus!) généré par les chutes d'eau. Autant dire qu'il n'y a pas grand chose à part des restaurants et des hôtels.  Tout le monde y vient généralement 2 ou 3 jours maximum, le temps de voir les chutes. Celles-ci se trouvent à cheval sur la frontière entre l'Argentine (Puerto Iguazu), le Brésil (Foz do Iguacu) et le Paraguay (Ciudad del Este). La frontière entre ces pays est délimitée par 2 rivières: d'une part la rivière Parana qui isole le Paraguay et d'autre part la rivière Iguacu qui sépare Argentine et Brésil.

L'après-midi, nous partons en excursion du côté Brésilien pour voir les chutes. Nous prenons un bus qui nous emmène de l'autre côté de la frontière. Pendant que le bus nous attend à la douane, nous recevons un cachet de sortie de l'immigration argentine, le cachet d'entrée au Brésil n'est pas obligatoire pour une visite d'une journée. Une fois passé la frontière, on doit prendre un autre bus qui nous emmène directement au parc. Après avoir payé le droit d'entrée, le bus privé du parc nous dépose à un chemin qui longe la rivière d'où nous voyons l'ensemble des chutes. L'eau tombe de plusieurs dizaines de mètres tout le long d'une falaise. Du côté argentin, nous apercevons des hors-bords surpuissants qui parcourent le cours d'eau mais nous ne comprenons pas trop pourquoi. Nous voyons une multitude de touristes qui se déplacent sur les chemins de la rive argentine, à priori beaucoup plus touristique. On remonte péniblement le chemin car il fait extrêmement chaud pour finalement arriver à une passerelle qui permet de s'avancer plus près du bas des chutes. L'eau qui se vaporise lors de son impact nous rafraichît quelque peu. Après avoir pris quelques photos, nous prenons un ascenseur pour profiter du panorama du haut des chutes. La chaleur est insupportable, tout le monde est trempé à la fois par l'eau des chutes et par la sueur. Les personnnes âgées, en grand nombre sur le site, semblent tout particulièrement en souffrir.

En fin d'après-midi, nous reprenons le bus dans le sens inverse pour rentrer à Puerto Iguacu en Argentine. Un stop à la frontière nous fournit un nouveau cachet d'entrée argentin (méthode très facile pour renouveler son visa touristique!) et nous arrivons vers 19h à Puerto Iguacu. Il fait toujours aussi chaud. Nous repassons a l'hostel nous baigner à la piscine puis allons faire quelques courses.
Pendant qu'Aicha retire de l'argent au distributeur de billets, j'achète de quoi manger et surtout à boire! Sur le chemin du retour, je croise une tarentule (ou un araignée du genre) grosse comme ma main qui se déplace à son aise sur le trottoir. J'en suis tellement stupéfait que je saute un bon mètre en arrière sansqque cela ne perturbe pas sa lente progression. Je dépose mes sacs et me précipite sur mon appareil photo pour garder un souvenir de la bête, ce n'est pas tous les jours que j'en croise une pareille! Je reprends ensuite ma route vers l'hostel et retrouve Aïcha un peu plus tard pour lui raconter mon aventure.
Nous repassons un peu plus tard au même endroit sans parvenir à la retrouver.

Le deuxième jour, nous partons voir les chutes du côté argentin. Nous prenons un bus local bondé de touristes dans lequel il n'y a même plus moyen de s'asseoir et nous arrivons a l'entrée du parc où se forme déjà une longue file devant les guichets. Celle-ci est néanmoins assez rapide et aprés 15 minutes d'attente, nous passons le portail d'entrée. Nous commencons par une petite balade dans les bois où nous croisons des ratons laveurs pour arriver à une petite gare où nous embarquons dans un mini-train vers la garganta del diablo que nous avions vue d'en bas (et de loin) la veille. En chemin, on croise un nombre incroyable de papillons de toutes les couleurs qui virevoltent autour du train. Celui-ci nous dépose au pied d'une passerelle métallique surpeuplée de touristes et qui surplombe la rivière Iguacu pendant plus de 500 mètres en amont des chutes pour arriver près de cet entonnoir géant ou s'engouffrent des tonnes d'eau à chaque seconde. C'est assourdissant!
Apres avoir cassé la croûte avec quelques oiseaux très friands de nos miettes de pains, nous reprenons ensuite le train pour revenir sur nos pas et admirer le reste des chutes du niveau inférieur. Un autre circuit de passerelles métalliques et de béton serpentent au travers de la jungle pour nous faire découvrir d'autres chutes qui se déversent plus en aval. Les hors-bords que nous avons vu la veille sont toujours en activité: ils offrent la possibilité d'aller se faire mouiller sous les chutes... Complètement ridicule... On est où ici?
Nous traversons la rivière pour aller sur l'île Saint-Martin qui se trouve au milieu de la rivière près des chutes. Il y a une petite plage où quelques touristes bronzent au soleil et se baignent. Mais l'eau verdâtre n'incite pas vraiment a la baignade. On peut également faire le tour de l'île dans la végétation luxuriante pour avoir un autre point de vue sur les chutes. Nous y rencontrons un iguane d'un bon mètre qui se repose sur le bord du chemin tandis qu'un autre se déplace lentement dans la jungle. Nous revenons ensuite sur la rive pour parcourir le circuit supérieur de passerelles qui suit le haut des chutes et donne un vue magnifique en aval. L'écume de l'eau qui s'envole forme des arcs-en-ciel premanents qui ajoutent une note de couleur au paysage.
Il est presque 6 heures et nous décidons de rentrer au village pour nous détendre dans la piscine de l'hostel.

Nous repartons le lendemain avec pleins de belles images en tête. Les chutes valent le déplacement, cela ne fait aucun doute mais c'est regrettable qu'il y ait autant de béton, de passerelles métalliques, de chemin de fer dans un réserve naturelle qui, au bout du compte, ressemble davantage à un parc d'attractions!
Slideshow Report as Spam

Post your own travel photos for friends and family Pictures

Use this image in your site

Copy and paste this html: