Une journée dans les nuages

Trip Start Dec 02, 2008
1
19
51
Trip End Aug 26, 2009


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Argentina  , Northern Argentina,
Saturday, January 10, 2009

Le bus pour San Antonio de Los Cobres part à 7h30 le samedi matin, il y en a pour environ 4 heures de route dans les montagnes. Le temps s'est remis, le soleil brille. La route est magnifique et comme d'habitude je prends un tonne de photos! Le village de San Antonio est situé sur un plateau entouré de collines à 3775 mètres d'altitude. Petit test pour voir si je ne souffre pas trop du mal de l'altitude. A première vue, pas de problèmes, je sens juste que j'ai le souffle un peu plus court que d'habitude.
Le bus me dépose vers midi au village, j'achète immédiatement mon billet de retour pour le soir et pars me restaurer. Il n'y a pas beaucoup de commerces ouverts. En fait il n'y a pas beaucoup de commerces du tout. Les quelques personnes que je croise dans les rues, notamment des enfants, sont tout débraillés comme des vagabonds, on sent que les gens sont plutôt pauvres. Après avoir mangé quelques empanadas dans un petit restaurant, je me mets en quête d'un "remis" qui pourra me conduire au pont du "train dans les nuages". Malheureusement, c'est l'heure de la sieste et il n'y a pas moyen de trouver quoi que ce soit d'ouvert. Je croise un couple de touristes argentins, Lucas et Elisa, qui étaient dans le bus et qui sont bloqués tout comme moi. Aprés une heure de vaines recherches, nous devons nous résigner: il n'y a aucun moyen de quitter le village pour aller voir ce pont qui se trouve à 8 Km du village. Nous partons en balade dans les environs. Des lamas, des moutons et des chèvres paissent tranquillement dans l'unique prairie du plateau. Nous nous y aventurons et prenons quelques photos sans prenant gare de ne pas nous faire cracher dessu par les lamas. Heureusement ceux-ci sont assez paisibles. Nous retournons finalement vers le terminal du bus et continuons à bavarder jusqu'à l'arrivée de celui-ci. Lucas et Elisa me proposent de boire le mate (à prononcer "maté") avec eux pour tuer le temps. Comme je n'ai pas encore parlé de cette pratique très répandue chez les Argentins, voici quelques détails sur ce thé aux herbes:
le mate pour les Argentins, c'est sacré! Je ne pense pas en avoir déjà rencontré qui ne le boivent pas. Il faut savoir que les touristes argentins sont très aisément reconnaissables: ils se baladent en permanence avec leur thermo d'eau chaude en bandoulière pour leur mate. Ils ont toujours également sur eux un paquet de yerba (c'est le thé proprement dit. (pour vous faire une idée, c'est comme un paquet de farine rempli d'herbes de provence), un "sorbete" (sorte de paille filtrante en métal) et une "bonbilla" (petit pot dans lequel on boit le mate).
La procédure est la suivante: on remplit le bonbilla à 3/4 avec la yerba, on y ajoute de l'eau chaude, on y plonge le sorbete dedans. Il n'y a qu'une bonbilla que l'on vide à tour de rôle grâce au sorbete. On remplit à nouveau le bonbilla avec de l'eau chaude et on la passe au suivant. La plupart du temps, on continue ainsi jusqu'à ce que le thermo soit vide. La boisson en elle-même n'est pas mauvaise, c'est un thé non sucré assez fort qui vous tient éveillés pour la journée.  
Je rentre finalement un peu bredouille, sans avoir pu voir ce que je voulais. Ce sont les aléas du voyage...
J'arrive à Salta assez tard le soir et je vais me coucher tôt car un autre bus doit m'emmener à Cafayate (à prononcer "Cafachaté") le lendemain matin.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: