20eme jour, ou "into the wild."

Trip Start Apr 05, 2011
1
21
48
Trip End May 12, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
hostelling international fort mason

Flag of United States  , California
Sunday, April 24, 2011

Point Reyes. Réveillés en douceur, et
pour la moitié d'entre nous, dans un soupçon d'humidité, photos à
l'appui.
Nous sommes à moins de 70 miles de San
Francisco, et pourtant, nous allons nous en éloigner quelques temps.
Parlant du temps, ce dernier est maussade, quelques rayons de soleil
traversent la couche nuageuse. Notre motivation est ternie par ce
toit gris blanc au dessus de nos têtes.
Qu' à cela ne tienne. Notre camping se
démonte rapidement, autour d'un petit café. Direction le parc
National de Point Reyes.
Office du tourisme 8h30. Et oui, on
s'est levé tôt. Information brèves sur quoi faire, où se balader.
On y croit peu, la visibilité n'étant pas des meilleures...
Et puis, comme le dit le dicton « la
pluie du matin réjouit le pèlerin ». La COBE se met en route
bonant malant, à travers un paysage désert, et dans un brouillard
ambiant. Un paysage digne de l'écosse..

Nous arrivons enfin au bout de 20 miles
de route pas vraiment à la hauteur du standard américain, le
macadam franchement en sale état... et, nous tentons de sortir de la
voiture, le vent nous en dissuadera pour quelques minutes à discuter
et se réveiller de notre nuit. Nous prenons finalement notre courage
à demain et partons affronter le vent et le brouillard.
Et, c'est comme si Eole nous avait
attendu. Après 5 minutes hors Sanka, et hors notre confort quelque
peu spartiate mais toutefois hermétique, nous vîmes les premières
lueurs du jour! Le Soleil et le vent chassèrent le brouillard qui
avait ensevelit un paysage splendide à nos yeux jusque là aveugles.
Notre regard pu se porter sur l'océan
et les falaises qui lui faisaient barrière. Et nous décidâmes donc
d'entamer une lente et périlleuse ascension à travers un phare du
bout du monde.



Le vent, le soleil, l'océan à perte
de vue. Et le calme de la tempête, pas un bruit d'oiseaux, de
voitures. Juste un vrombissement régulier, qui venait du phare.
Nous avançons donc toujours, vers ce
front de mer qui n'en finit pas de nous repousser sous des rafales de
vent.
Et puis, nous y parvenons enfin! Les
muscles quelques peu endoloris par cette ascension unique du levé du
jour, et par le manque cruel de glucides au petit déjeuner,
puisqu'il n'y en a pas eu...
Petit tour à travers le phare, en même
temps qu'une classe de collège ou de lycée (on se perd un peu avec
tout cet anglais...) on se bouscule, c'est que les chemins sont
étroits, on tente d'apprécier la vue, mais toujours ce vent à
damner les morts qui vous fait pétiller les yeux et vous empêche de
capter le moindre film de cette Nature. Nous tentons d'imaginer, en
regardant la lentille MADE IN FRANCE du phare, comment ça pouvait
être pour les gardiens en pleine tempête.



Demi-tour. Retour à la voiture. Avec
le vent dans le dos, on pourrait imaginer que c'est plus facile, mais
non, c'est qu'il faut remonter l'équivalent de 30 étages. Qu'à
cela ne tienne, vos courageux héros s'en sortir sans le moindre mal,
et sans la moindre peine.
Nous sommes à nouveau sur la route, et
toujours dans le parc, cette fois direction l'autre bout de la
pointe, plein Sud.
Petit parking, et nous apercevons un
panneau « sea elephant point of view », irions nous donc
voir des pachydermes marins? En fait, il s'agit là de gros phoques,
dont les mâles ont comme une grosse trompe au bout de leur mâchoire,
et ce sont les plus gros de la famille des phoques, la ressemblance
avec notre ami africain n'est pas vraiment évidente, mais on
comprend l'idée.
Les mâles sont déjà partis, les
femelles ont accouché, et nous voilà donc avec les charmants petit!
Les bestioles font un petit raffut! Quelques photos et c'est dans la
poche, direction notre prochaine ballade avec le vent, l'océan et
les falaises, nous avons toujours soif d'air frais, et les paysages
nous donne l'eau à la bouche! Le soleil toujours présent rend quant
à lui la ballade très agréable.
Nous rencontrons encore sur le chemin
d'autres colonies d'éléphants de mer, nous nous habituons très
vite à leur jolis chants, et se faisant nous arrivons au point
culminant de l'histoire.
Un doigt levé, d'une touriste à
quelques mètres de là, éveille les réflexes de Salomé, et ni une
ni deux, nous l'entendons nous souffler : « Une baleine! »
pour ceux qui la connaisse, je vous laisse imaginer la pose le ton de
voix et le visage correspondant à cette phrase. Moment de tension
pour Julien, John et Régis, qui tentent d'apercevoir entre les
vagues une deuxième apparition. L'attente est couronnée de succès!
Après des milliers de kilomètres à
scruté l'horizon, à scruter au travers de chaque plages depuis
chaque falaises, à espérer à chaque étape apercevoir l'animal!
C'est avec la plus grande joie que nous la découvrons à cet
instant, dans ce magnifique parc de l'ouest californien! Nous voilà
tous comme des enfants, à suivre la bête à attraper la bonne pose,
la bonne photo, celle qui montre bien ce que nos yeux ont vu, prouver
à vos yeux chers lecteurs.
C'est comme si nous étions parti à
une chasse au trésor à travers la nature, et que nous soyons
arrivés à point nommé, ni trop tôt ni trop tard, et voilà une
merveilleuse rencontre avec l'instant.
Nous sourions à cette chance qui nous
sourit au long de ce voyage!
Retour à la voiture au pas serein qui
suit l'animal, que nous apercevons à maintes reprises, avant qu'il
ne s'enfuit vers ces océans plein de mystères. Au revoir.



Le cœur léger nous continuons donc
notre route, cette fois, le Nord du parc, au grand désarroi de
Julien, qui ne veut plus aller au Nord. Nous apercevons sur la route
quelques Wapitis, et nous nous arrêtons sur une plage pour une
dernière ballade. Le vent souffle toujours, mais quand vous êtes à
l'abri, le soleil vous réchauffe, Salomé et John décident donc
d'enlever leurs chaussures et de marcher pieds nus dans le sable. Le
sable est tiède et vous invite doucement à descendre une pente
quelque peu rocailleuse tout de même. Nous voilà les pieds sur la
plage. Petite trempette jusqu'au mollet dans l'océan. Toujours un
peu frisquet. Pause sur cette plage du bout du monde. Nous sommes
tranquilles, et apprécions nos vacances! La vie est belle!



Quelques heures plus tard, direction
San Francisco, et qui dit grande ville, dit bouchon... et pas de
Lyon! Ceux-là. Nous voilà sur le pont rouge, ça en jette, un air
de film... deux fois trois voies, et pourtant ça bouchonne encore...
c'est qu'on apprendra quelques kilomètres plus tard qu'il y a péage.
Le premier de notre voyage! 6$ et nous voilà des fleurs bleus dans
les cheveux. La ville au cascades de routes, aux vieux tramways des
collines... mais tout ça c'est pour plus tard. Allons chercher une
auberge pour Régis et Julien. Salomé et John dormiront dans le
camion. Nous ne dérogeons pas à la règle!
Réservation faite, on sort les sacs...
nous rencontrons là deux alsaciens... (ils sont
partout...décidément). Yannick et Marie nous emmènent à la
découverte du San Francisco autour d'un verre. C'est chouette et
moins cher que Vancouver. Une longue soirée nous attend! Merci à
eux.



Summary.
Point Reyes National park, CA.
8am Wake up in a swimming pool. Well
only for Julien and Régis, the tent was kind of wet... and there is
no sun, nor a hope of it, during the first 30min of our breakfast,
faster than a break! Just a cup of coffee, and we are already on the
road.
8:30am. It's time for us to go to the
visitor information center. We weren't really in a hurry to go
further in the park because of the foggy weather... but, we asked the
park ranger about the hikes we would be able to do, and if we could
see something. Well, she clearly said, during foggy weather it's
harder to enjoy the park, but still there were lots of hike to do all
around. And the fog could also disappear, well it wasn't that clear
in our mind!
Anyway, we decided to continue our way
to the ocean, and see what we can do when we'll be there. It was only
20miles away from our current position and we didn't have much more
to do, we only planned to go to San Francisco the next day.
So we were on that really small road
which cross the park, and, yes, it looked like a desert, a fog
desert, darker and darker while Sanka was getting closer to the
ocean. It seems to be a part of the Highlands (Scotland) out there,
but without any sheeps, nor ships, just cows!
We finally arrived in the last parking
lot allowed to visitors. And we had few hundred yards to walk. So we
tried to exit the car, damn windy out there, and still foggy... Hmm
we stayed a bit more in the car, warming up our bodies for the
outside temperature, not cold, but so windy that it takes all the
heat of the body far away!
After a while we decided to be brave,
and fight the dark grey and the fog, and go for a walk, except our
warm comfort we didn't have much to loose, and well, we've been
curious all the way, so...
And, as usual, we catch the fortune,
not a lottery ticket, just a very good timing! A panorama was
outside, hidden by the clouds, and the wind tried to fight our eyes,
tried to keep them closed. Well, we fght back, and in a very short
time, maybe 2-3 minutes, the fog began to disappear and revealed an
amazing picture of the Nature. Well, just imagine the way to discover
it, you could catch it from the road, but, then, there are no
surprises. At this time, and for us, it was just perfect! Surprising,
wonderful, desert, calm, silent... and a lot more! It's an amazing
feeling...
Few hours of hike along the coast, and
we finally catch a Whale! Our dream after all theses kilometers, in
the sea the great animal had shown his face!

We continued our way, actually the same
way than the whale, following the best until she disappeared in the
open sea... YEAH!
Then, we went to the North of the park,
for a last walk in the wild, along the beach, but the wind was still
blowing, sunny but cold, funny thing! We spent a part of our
afternoon there, and took our way back to the inland.
San Francisco, on our way to you!
Jam trafic yes the golden gate is big,
and it's quite bigger when you cross it at 10miles per hour! No
worries, we are still in holiday. 6Bucks for the toll, and there we
are!
We went to the hostel in the fort
Mason, actually Julien and Régis, for Salomé and John it's a night
in Sanka again.
We met two french there, Marie and
Yannick, from Montréal, and before that from Alsace (North East of
France), so let's go for a drink, in the city, they know San
Francisco way better than us! Thanks to them!
Slideshow Report as Spam

Comments

JM on

Superbes photos et belles écritures. Je ne m'imaginais pas les côtes Californiennes ainsi ! Magnifique!

jerome on

Très beaux paysages!!! les photos s'enchainant pour montrer la levé du brouillard sont splendides!!!
bises et courages à vous

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: