17ème jour ou la CALIFORNIE

Trip Start Apr 05, 2011
1
18
48
Trip End May 12, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of United States  , California
Thursday, April 21, 2011


Les yeux s'ouvrent, le soleil est au
zénith et la journée prend place pendant que
nous allons (bénis sois tu) prendre une douche. Nous vous
épargnerons l'épisode de la douche qui devint froide alors que les
cheveux et les yeux étaient plein de shampoing, ni même la course
en serviette dehors à la recherche de l'eau chaude recouverts de
mousse et nous vous laisserons devinez qui étaient les deux
couillons qui subirent cet épisode. Le petit déjeuner fut lui moins
aventureux, bien qu'il commença par le ramassage de la poubelle de
la veille éparpillée suite à la visite d'un raton laveur glouton
et qui ne rangeait par derrière lui. Équilibre oblige, le gruau
s'impose dans nos bols mélangé à du Nutella banane pour certains
et à de la pomme céréales pour d'autres. A 11h (oui on a pris
notre temps, et alors quoi? C'est les vacances) Sanka est chargé et
les batteries de nos appareils photo aussi, c'est que les baleines
nous attendent et oh! Grand espoir, l'office que nous avions repéré
la veille sur le port perdu, de cette ville perdue dans cette endroit
perdu, est ouvert et il y a bien des sorties en mer de prévues!
Youhou, la première est le... 1er mai! Banqueroute! Mais comme nous
sommes des types fiers et forts et que Sanka est un brave véhicule,
nous continuons notre bonhomme de chemin direction les futures villes
et les futures baleines... Mais en fin d'après midi il faut se
rendre à l'évidence c'est raté, total, messieurs dames repassez
donc plus tard ou plus tôt... Tant pis on peut toujours se réjouir
du fait qu'à la seule évocation du mot "FRENCH" ou du "We
come from France" un énorme sourire se colle sur le visage des
Américains, nous sommes les bienvenues de partout c'est incroyable
(c'est parce que nous sommes trop beaux aussi, sinon ça marche pas à
tous les coups) Et puis pour être honnêtes nous ne passons sûrement
pas inaperçus, on parait si sveltes au milieu de l'obésité du
pays, on ne veut ni se moquer ni juger, ni y prêter attention mais
c'est si choquant qu'on n'y peut rien. Pour vous dire voilà deux
jours que nous ne faisons presque que de la voiture et nous avons
découvert une chose, tout se fait en voiture. Il y a des guichets
extérieurs à tous les coins de rue, pour le café, les donuts, la
banque, tous les fast food et autres commodités. Et les voitures
sont, bien entendu, à l'échelle, Sanka ressemble à un modèle
réduit passé au sèche linge trop longtemps et pourtant on en
rentre des choses dedans.

Qu'à cela ne
tienne, nous avançons donc toujours plein sud, en longeant la côte,
et, au bout de grands efforts sur les pédales d'accélération et de
freinage, nous voilà enfin en Californie, enfin au panneau de
signalisation, petite pause photos et débit de blagues pour tenter
de déloger le sourire de Julien qui attendait, comme nous tous, avec
impatience le soleil californien, il semblerait que ce dernier soit
insouciant des frontières américaines, et qu'il ne chauffa pas
beaucoup plus en Californie du Nord, qu'en Orégon du Sud...
Mais pour l'heure
il brille de tout son plein dehors, pourtant attention ça souffle et
au milieu de tous ces parkings remplis de grosses voitures nous
finissons par trouver un parc pas trop loin de l'océan pour étrenner
notre cerf volant. Le vendeur, un grand passionné nous a tout bien
expliqué et nous n'avons donc aucun problème pour le montage. Il
vole bien, il prend de belles chutes, mais c'est du solide! La pause
goûter est aussi arrivée, c'est à dire que le repas de midi est
souvent oublié! A part pour Julien qui ira se faire un en-cas dans
son fast food favori. A notre départ nous apercevons les pompiers
sur la plage, une baleine échouée? Ça n'en a pas l'air et il est
temps de passer aux choses sérieuses... direction le starbucks le
plus proche pour un café thé et surtout une connexion internet,
chacun vaquera à ses occupations sur le web. Au passage merci de la
part de Salomé pour tous ces gentils messages pour son anniversaire!
Elle a tellement pleuré (on est un peu Marseillais) Bref, repérages
d'avions, envois de CV vers la France et nouvelle estimation pour
le trajet nous avons quelques jours d'avance. Nous aurons même le
droit à des pâtisseries gratuites acceptées avec grâce par Régis
et John. Nous n'en sortirons qu'au soleil couchant pour la recherche
du spot pour la nuit, pour une fois une quinzaine de minutes
suffiront. Préparation d'une soupe aux poireaux et d'asperges à
l'eau pour 3 d'entre nous pendant que le quatrième traduira nos
textes en anglais. C'est à cet instant que deux yeux brillants et
malicieux scintillèrent à la lumière de nos frontales Energizer
super power... Sam un pique à brochette à la main s'apprêtait à
la défense de ses camarades, Régis toujours prévoyant était lui à
l'ouverture des portes, John, bein... heu.. devant l'ordi et Julien
vaillant Alsacien et ayant combattu dans les tranchées à l'époque
alla a la rencontre de l'animal sauvage! Qui s'avéra être un raton
laveur inoffensif (vous a-t-on déjà précisé qu'il y a quelques
mois Régis se fit attaquer par l'un d'entre eux aussi féroces
soient-ils? Pas Régis le raton laveur). Bref la soupe est prête, le
terrain en pente, Salomé prévient les garçons de faire attention
de bien garder le bol à la main pour éviter de tapisser la moquette
à Sanka (il est tard on mange à l'intérieur) avant qu'elle ne la
renverse elle même sur sa trousse de toilette, sa pochette
d'appareil photo, Sam ne change pas...Ça nous fait rire mais du coup
le repas sera maigre, on file au dodo après une description des
personnalités de nos village... (St etienne de st geoirs: Mme Jaume,
tonton Pique et autre personnages,Berrwiller: Marcel...). Puis au
lit! demain on a prévu de se dégourdir les pattes. Seulement nous
fûmes dérangés par le bruit d'un véhicule, ces phares et son
conducteur le shérif, qui lampe de poches à la main vint nous
sortir de notre début de nuit. Mais lorsqu'il vit les biceps de
Régis, les abdos de Sam, les cuisses de John et les mollets de
Julien, ce dernier s'en fut à toutes jambes appelant sa maman. Pour
de vrai il nous demanda juste de repartir le lendemain car l'endroit
n'était pas autoriser au camping. Merci monsieur l'agent, une
nouvelle preuve irréfutable, que les américains c'est plus ce que
c'était. Nous soupçonnons tout de même le raton laveur d'avoir
signaler notre présence, fâché de ne pas avoir pu se délecter de
notre festin, ou bien la maison se trouvant à quelques mètres du
campement intrigués par l'écho de nos voies. Qu'à cela ne tienne
nous pouvons rester, oyez oyez, la COBE à encore frappé. Tiens tant
que l'inspiration est là voilà une anecdote... Pour notre soirée
de départ le 2 avril à Vancouver, nous étions vêtus de nos beaux
tee shirt COBE et tout le monde venait nous demander si nous étions
acteurs ou chanteurs connus, le plus audacieux annonça même à
Julien l'avoir déjà vu dans un film... Nous vous souhaitons la bien
bonne nuit.



Summary :
Charleston, OR.
Wake up ! Let's go to the shower ! After all, we paid for a
campsite, we had to use the bathroom. After a while, 11am, yes it's
still holiday for us, we went back to the harbour, to find if the
sightseeing company we saw yesterday was able to take us for a tour,
and yeah ! They could, but not before the 1st
of may ! Hmm, too bad. So, bye bye Coos bay and bye bye Oregon !
Stop by the
« welcome to California » road's sign, and that was it,
the Sun, the beach, everything was different, even the trees and the
sea, much warmer, sunnier. It's probably why we had to stop at a
« inspection borderline » for fruits and products from
other parts of the USA !
Of course the
reality was a bit different. We didn't see the climate changed, and
we didn't feel it, North California and Southern Oregon seem the
same, exept the roads, and the seaside. You expect the coast to be
more accessible in California, that's not the case... anyway,

Because of the
wind outside, we decided to test our brand new kite. And take a
canadian time meal.
Before the dusk
we catch a Starbucks coffee, yes there are some in California !
Especially one in Crescent City, CA. We stayed there for a while,
organizing our schedule for the next days, and then looked for a
place to stay for the night. Wasn't long to find one, and in the dark
side of the night we cooked a very diet meal asparagus for appetizers
and leak soup. One racoon was ready to have our meal but we didn't
gave one chance to the poor animal. Sam told to the guys to be
careful with their soup in the van but she spilled hers on the
carpet... Nice ! We went to bed pretty early and minutes later
the sheriff arrived, to much noise maybe ? But when he saw
Régis's arms, Sam 's abds, John's legs and Julien's calfs, he
runned away... Honestly ? That's true ! No he just asked us
to leave the day after... No worries sherrif we promess ! Who
said that americans weren't comprehensive?
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: