D'un pays à l'autre ( 4 )

Trip Start Oct 17, 2007
1
34
53
Trip End Apr 04, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Brazil  ,
Sunday, February 17, 2008

Carte d'identité du Brésil
Population : 190 millions d'habitants
Capitale : Brasilia, 2,4 millions d'habitants
Villes les plus importantes :
São Paulo, 18 millions d'habitants dans l'aire urbaine (10% de la population brésilienne)
Rio de Janeiro, 12,6 millions d'habitants dans l'aire urbaine (7% de la population brésilienne)
Monnaie : Real Brésilien. 1 dollar américain = 1,7 real
22 % des brésiliens vivent en dessous du soeuil de pauvreté


7 février 2008. Nous chargeons nos sacs et montons dans un bus pour rallier Puerto Iguaçu ( Argentine) à Foz de Iguaçu ( Brésil). Ce jour-là, nous passons d'une petite bourgade argentine à une gigantesque ville brésilienne. Nous passons de la jungle des chutes d'Iguaçu infestée de moustiques à... la jungle... infestée de moustiques. Nous passons de l'espagnol argentin au portuguais brésilien. Nous quittons un sol de terre rouge sang pour trouver un sol de terre rouge sang.

Passer de l'Argentine au Brésil se résume par ces quelques exemples. Quelques similitudes... et tellement de différences.

30 minutes top chrono sont nécessaires pour rallier Puerto Iguaçu a Foz de Iguaçu.
30 minutes pour passer de l'Argentine au Brésil.
30 minutes pour s'aperçevoir de tout ce qu'on va retrouver de l'autre côté.
30 minutes pour sentir le fossé qui sépare ces deux peuples et ces deux contrées.

Je ne vais pas vous mentir. Il serait présomptueux de notre part de prétendre capter en 30 minutes les similitudes et différences de ces deux pays. Je vous livre ici nos impressions après avoir vécu et senti le Brésil pendant quelques jours. Alors je vous écris de Sao Paulo.  Sao Paulo. Débarquement dans cette ville tentaculaire après 18 heures de bus de nuit. On est accueillis à la sortie du bus par deux flics agressifs. On s'enfourne dans le métro. On en ressort la tête au milieu du quartier chinois à la recherche d'un hôtel fantôme. Sao Paulo. Une des villes considérée comme les plus criminelles du monde.
 


L'Argentine... le Brésil...si proches?

Ce sont deux pays qui pourraient être à eux seuls des continents.
Le Brésil par sa superficie gigantesque. L'Argentine par ses extrèmes climatiques et ses étendues inhabitées. Si vastes contrées que les propriétés de milliers d'hectares ne se comptent plus. Que le meilleur moyen de se déplacer sur ces domaines gigantesques est à dos de cheval. Que les « gauchos » y sont rois.
Les vaches qui paissent dans les « estancias » argentines n'ont pas de double menton comme celles des « fazendas » brésiliennes. Mais elles seront mangées de la même façon ou presque.
Les vaches argentines sont dégustées en « parilla ».Grillées au feu de bois, les morceaux sont présentés sur un réchaud au centre des tables des convives.
Les brésiliennes, elles, sont embrochées par morceaux entiers sur de longs pics et grillées au feu de bois également. Par contre, elles vont sacrifier au rituel du « rodizio ». Les convives se voient proposer les broches de viande et n'ont qu'à faire l'effort de pointer du doigt la partie désirée et à manger...à volonté. Et surtout à faire honneur. Car le serveur pourrait bien vous jeter un regard désaprobateur si vous ne l'appelez pas assez souvent !
Pour finir ce bon repas, les argentins et les brésiliens pourraient bien se délecter d'une pâtisserie au « dulce de leche » pour les premiers et « doce de leite » pour les seconds. Hyper sucrée, cette crème de lait est le péché mignon des uns comme des autres.


Comme vous pouvez le constater, ces deux pays pourraient presque être frères... sur quelques faits anecdotiques seulement !
Car après investigation, l'Argentine et le Brésil se révèlent être deux mondes totalement opposés.

Le « choc » des PROFILS
Rappelez-vous...
L'Argentine nous a fait découvrir les physiques et faciès des conquistadors espagnols. Des profils très européens.
Le Brésil nous ouvre les portes du métissage. Des blancs livides et blonds côtoient les noirs d'ébène. Le café crême est décliné sur les peaux dans toutes les teintes. Du très allongé au très corsé. Avec nos tronches d'européens, ou pourrait passer pour des extraterrestres. Non. On fait juste partie de cette foule disparate.
Les argentines nous avaient habitués à une « classe » naturelle.
Les brésiliennes nous montrent leurs fesses moulées qu'elles dandinent sans complexe sur des « écrase-merde ». Tous plus compensés les uns que les autres. Gros godillots, certes, mais manucure fraîchement faite aux mains et aux pieds ! La « brazilian » touch de l'élégance.

Le « choc » des OREILLES
Les profils changent et la langue aussi.
L'espagnol est remplacé par le portuguais brésilien. On entend tout autant de CH mais la différence c'est qu'on ne comprend rien. C'est un charabia incompréhensible ! Voire une gigantesque rigolade. Un peu comme si « Chico » se cachait derrière tous les brésiliens. Avec leurs 'JCH', 'DCH' et leurs 'AOU', ' DCHOU'... même les présentateurs des infos deviennent des clowns linguistiques. En bref, on ne parle pas portuguais et l'apprendre en quelques jours étant inatteignable...Charles se convertit en 'CHICO'. A nous l'espagnol agrémenté de AOU et DCH et à nous les regards médusés voire moqueurs de nos interlocuteurs.
Dommage, nous qui adorons tchatcher avec tout le monde.
On va se mettre au langage des signes et à l'incompréhension.


Le « choc » des CULTURES
Notre passage de la frontière nous éloigne de la 'bienséance' argentine. Nos amis argentins nous avaient habitués à une politesse presque d'un autre siècle. Les formules de remerciement à rallonges, des au-revoirs surannés...
Les brésiliens sont courtois mais restent sobres. Pas de mots superflus. Pas de phrases inutiles. « Ola. Bom dia ».
Tant qu'on lève les pouces, c'est que tout est OK. 'Tudo Bom', ' Ta Bom', 'Ta Bom'.



Le « choc » des 4 ROUES
Le Brésil nous ouvre les portes du mystère. Le mystère des bus.
On achète un billet pour aller d'un point A à un point B. Sur le ticket, ce n'est pas la destination B qui est indiquée mais C. La guichetière nous rassure. C'est normal. Pourquoi ? On ne saura jamais et on ne sait même pas si elle-même connaît la raison.
Ce qui est sûr, c'est qu'on finit par monter dans un bus qui a pour seul repère le nom de la compagnie. L'heure de départ n'est pas celle notée sur notre billet et la destination non plus. Patients ? Inconscients ?
On attend...Vers 4 heures du matin, le bus étant arrêté depuis plus d'une heure, on s'inquiète. Et puis devant le sourire étincelant du chauffeur... on décide de se laisser porter.. vers notre destinée.

Le « choc » des PAPILLES
Au revoir mes chères « medialunas » / croissant du matin.
Les brésiliens se délectent de « Pao de Queijo » à tous moments, y compris et surtout au petit-déj. Prenez une chouquette. Fourrez-la de fromage. Trempez la dans votre café du matin. Le tour est joué.
Bienvenu dans le pays du buffet. 'Buffet libre', 'Self Service', 'Al quilo'.
Tous ces petits noms pour décrire des buffets énormes ou on se sert à volonté ou au poids. C'est l'orgie des plats tous plus différents et alléchants les uns que les autres. Orgie de viande dans un 'rodizio'. Orgie de légumes dans un 'buffet libre' ( je suis aux anges !!). Orgie de fruits frais dans les petites échoppes qui pressent des jus sous vos yeux avec des fruits inconnus et multicolores.

Il se pourrait bien que même sans mes medialunas, on se régale au Brésil.


Au revoir l'Argentine...Bonjour le Brésil !

 
Un point sur les statistiques...
Nous avons parcouru depuis le début de notre voyage le 17 octobre... 20500 kilomètres et passé 367 heures dans les tripes de nos potes les bus. Soit plus de 15 journées !
Slideshow Report as Spam
Where I stayed
Hotel Akasaka

Comments

olitere
olitere on

Une grande mascarade?
QUOI???Le chico des nouvels ans ne savaient pas vriment parler brésilien? On est super déçus!

olitere
olitere on

Oups.....
Bon, désolée pour les 10 fautes d'orthographe en 10 mots, mais la journée de marche a été rude!

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: