Une FENETRE dans la BRUME

Trip Start Oct 17, 2007
1
24
53
Trip End Apr 04, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Argentina  ,
Saturday, January 5, 2008

1er janvier 2008 - 9h - Départ de El Calafate pour rejoindre El Chalten.
 
Pour plusieurs raisons, le trajet est éreintant. Cumulez un réveil un 1er janvier à 7 heures + une soirée de 31 décembre consacrée a de très sérieuses dégustations des crus argentins + une route qui n'a de route que le nom (4 heures de piste cahoteuse dans la pampa patagonienne) + un chauffeur de bus qui a les yeux aussi ouverts qu'un lama qui serait tombé dans un baril de bière.
 
Arriver à El Chalten est un vrai soulagement. Pluie. Brume. Vent.
Ambiance ? Fin fond du monde. Un vrai soulagement donc. Pour vous mettre un peu dans l'ambiance... El Chalten est un village né de baraquements posés a la va vite en 1985 ici même. Pourquoi des baraquements a la va-vite ? Pour s'approprier avant les chiliens ce bout de terre patagonienne inhabitée et accessoirement toute proche du Roi du sud de la Patagonie... le Fitz Roy. Depuis 1985, les baraquements ont tout juste évolué en une forêt de maisonnettes de bois aux toits de tôles ondulées qui clapotent et crissent sous l'assaut des vents violents qui animent le coin.
Avec ces conditions et ce décor, arriver à El Chalten est donc un VRAI soulagement.
 
Il faut dire qu'en plus de ce décor rustique, de ce climat tourmenté, la population de notre hospedaje a l'oeil aussi gai que celui d'un chien mouillé. Entassés dans la cantine au rez-de-chaussée, ils contemplent d'un air désespéré la montagne au loin. Et se rabattent sur des plats de nouille à 17 heures, probablement pour se donner des forces pour rejoindre leur lit quelques heures plus tard.
 
A ce stade, je me dois de vous donner quelques lignes directrices sur le fameux climat évoqué au dessus. Dans ce coin de Patagonie, coincé entre la pointe sud extrême de la cordillère des Andes et la Terre de Feu, tout est IM-PRE-VI-SI-BLE.
Un rayon de soleil est un rayon de soleil. Avec toutes ces caractéristiques de rayon de soleil. BREF. COURT. INSTANTANE. INTENSE. Vous fait crever de chaud en l'espace de 2 minutes.
Un coup de vent est un coup de vent. Comme une batte de base-ball projetée dans les côtes et qui vous fait flancher sous la rafale.
Une averse est une averse. LONGUE. MOUILLANTE. PENIBLE. BRUINEUSE. Elle vous trempe en 2 minutes.
Une chute de neige est une chute de neige. FROID. FLOCONS. HUMIDE. BELLE.
Alors avec cette simplicité des choses de la vie, il suffit de jeter un oeil à nos voisins de chambre pour constater qu'ils sont déjà épuisés de ces conditions.
 
On vient à El Chalten pour marcher, randonner, découvrir la nature. ET découvrir le Fitz Roy.
 
Mais le Fitz Roy se mérite. Le Fitz Roy ne s'est probablement pas caché ici pour rien. Il a fallu un grand Lionel Terray pour le vaincre en 1952 et il sait que dans le coin, il sera tranquille la plupart du temps et n'aura à se montrer du haut de ses pics escarpés que quelques jours par an pour ne pas faire mentir les photos !
 
Mériter le Fitz Roy, c'est partir tôt le matin en ayant jeté un oeil dehors et en étant vite revenu à la réalité patagonienne : randonner dans le coin c'est sortir déguisé en « PETIT OIGNON » sur pattes.
Un « petit oignon » c'est un Charles avec un pantalon + un t-shirt + des chaussures de randonnée + une petite laine polaire + une deuxième laine polaire + un blouson étanche + un sac à dos + couverture étanche de sac à dos + poncho de pluie. Equipé avec tout ca, vous ne devriez pas avoir de gros souci durant les 8 heures de marche ou plus qui vous attendent. Mais il faut savoir que le jeu est celui du «  petit oignon » ! M =0 : nuages - on est bien. M+2min : rayon de soleil - chaud - on enlève le blouson et la deuxième laine polaire. M+4min : bruine - ca mouille - on remet les laines et les blousons et on s'équipe des ponchos. Des conditions de rando classiques vous me direz, mais les modifications de conditions climatiques concentrées en laps de temps très court en plus.
 
Vous comprendrez donc que à force de faire le « petit oignon » tous les jours dans ces conditions et avec un Roy Fitz qui se cache sous ses brumes, nos voisins de chambre font l'oeil morne...
Parce que certains attendent la « fenêtre » de visibilité depuis ...10 jours !
 
On se met dans les rangs et sur la liste d'attente de la « fenêtre » comme des bons petits élèves. Premier jour difficile... Pour preuve... on ne soupçonnerait même pas qu'une montagne se cache sous ces épais nuages.
Second jour ... la FENETRE !!! Un peu comme le COUP de BOL. Le Fitz Roy se découvre de ses brumes et nous récompense de nos efforts et de notre assiduité de « petits oignons ».
Slideshow Report as Spam
Where I stayed
Hostal Condor de los Andes

Use this image in your site

Copy and paste this html: