Varanasi (Benares)

Trip Start Oct 04, 2005
1
5
13
Trip End Dec 30, 2005


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of India  ,
Thursday, October 20, 2005

Une semaine deja que je suis a Varanasi.

Aux premiers abords, cette ville choque, en bien ou moins bien, mais elle ne peut laisser indifferent celui qui s'y arrete. Certains la fuient au plus vite, cherchant a decouvrir une Inde plus accessible peut-etre, moins brute. Car ici, on ne peut la contourner, cette Inde profonde et veritable, telle qu'elle est decrite dans la "Cite de la joie" ou "Dans la peau d'un intouchable".
Varanasi, ville sacree traversee par le Gange, est mysterieuse. Ce fleuve a quelque chose de particulier qui vous attire, vous donne envie de rester, de plonger au plus profond de la vie indienne.
Pourtant, sous certains regards, le Gange peut ne rien avoir d'attrayant. Compare parfois a un depotoir, a une salle de bain geante ou que sais-je, on peut y eprouver une certaine repugnance.
Pourtant, une promenade le long de ses gaths vous devoile toute sa diversite et sa richesse: l'un se brosse les dents, l'autre se baigne, un homme y lave ses boeufs, certains font la lessive, les enfants jouent, d'autres se purifient et prient, un autre encore y jette les cendres d'un mort brule a deux pas, un bateau passe, et, merveille, un dauphin saute hors de l'eau a l'horizon. Tout cela parmi les ordures qui bordent la rive, les sorties d'egouts, les detritus d'effigies et offrandes, et les cadavres flottant des personnes ne pouvant etre incinerees (bebes, femmes enceintes, sadhu, etc..).
C'est cela le Gange, un fleuve qui mene la vie a des contradictions qui, a mes yeux en tous cas, sont difficilement comprehensibles, bien qu'elles restent totalement respectables.

Un petite balade en bateau au lever du soleil le revele encore sous un nouveau jour. Des 5h00, la vie reprend avec calme, et la lumiere tamisee vous plonge inevitablement dans une profonde serenite. Seul le bruit des rames battant l'eau berce ce doux sentiment de plenitude.

La visite d'un centre pour handicapes ou j'aide a fabriquer des bougies par milliers pour la prochaine fete Diwali, mardi 1er novembre, amene a rencontrer les indiens dans une certaine simplicite. Ces enfants handicapes mentaux ou physiques, atteind de la polio, ou d'autres maladies, si nombreuses, ont un regard empli de joie et de bonheur qui vous rechauffe le coeur. Ils sont fiers de vous presenter leur dessin, leur chanson ou leur danse lors d'un petit concours organise dans une ecole. Vous ne pouvez vous empecher de sourire de les voir si heureux, meme si dans la plupart des cas ils vivent au sein du foyer familial un vrai calvaire, victimes des pires humiliations.

---

Le temps passe vite a Varanasi. Pas le temps,ou l'envie de reflechir, mais juste celle de se laisser vivre au rythme des Are Krishna, Nama Shiva, ou autres chants repetitifs qui resonnent le long des gaths.

J'ai tout de meme pris de temps de m'essayer au Yoga, dont je ressorti avec un sacre torticolis. La methode lente me serait plutot appropriee. J'ai teste egalement un massafe ayurvedique, assez energisant et revivifiant, quoique douloureux quand on ne sait a quoi s'attendre.

Je passe beaucoup de temps avec un groupe francophone heteroclytique de voyageurs solitaires. On se balade, fait du shopping, allons au resto ou les longues heures d'attentes des repas nous mettent a bout de nerf. Nous ecoutons l'un ou l'autre petit concert agreable, de tablas-cithare-sarangha(?) et de tablas-flute.

J'attendais avec impatience la fete Diwali ou Dipauli de ce 1er novembre: fete memorable.
Dans chaque boutique, niche, ou temple, des offrandes sont deposees devants de petites effigies divines, l'odeur d'encens envahi les rues et les chants de priere s'elevent de toute part pour la pujah rituelle.
Ensuite, avec le soleil couchant, la ville entiere s'est reveillee le temps d'une soiree, eclairee de mille lampions, guirlandes, bougies et resonnant aux sons incessants des feux d'artifices et petards lances a travers les rues, sur les toits et au bord de l'eau. C'etait grandiose, mais tellement assourdissant! En fermant les yeux, on pouvait facilement s'imaginer planque dans une tranchee de je ne sais quelle guerre. Ces petards sont de vraies bombes lancees tous azimuts. Un peu dangereux, aussi, et les hopitaux ont du malheureusement accueillir cette nuit-la pas mal d'enfants aux mains ou jambes brulees, rendus sourds ou aveugles. Mais ils sont tellement contents d'allumer ces miliers de petards que la fatalite prend le dessus.

Mon depart pour le Nepal s'annonce. Je quitte l'Inde avec quelque nostalgie, ou la volonte de connaitre mieux ce pays si vaste, d'apprendre l'Hindi et d'aller plus a la rencontre des indiens. De decouvrir le pays d'une autre facon peut-etre, dans ses endroits plus recules. Car les villes se revelent fatiguantes. D'une part vu le bruit incessant, la pollution, la salete qui y regne. Quelle ville etrange tout de meme avec ces gosses nus qui courrent partout, entre les chiens a trois pattes ou ronges par la gale, les vaches agonisantes, les velos, motos, rickshaws, etc, les innombrables dechets, les excrements et la pisse. Tout le monde s'en fiche, les gosses sourient et la vie continue.
D'autre part vu les changements profonds apportes par le tourisme. Sans cesse un enfant vous aborde pour vous vendre ses cartes postales ou vous emmener dans une boutique, un batelier pour vous proposer un petit tour sur le gange, un homme pour vous vanter les vertus du massage, la qualite de ses soies, ou de ses bijoux. Bref, pas une minute de repis, et difficile aussi de savoir en qui l'on peut faire confiance. L'arriere pensee de soutirer quelques roupies prime le plus souvent. C'est dommage. Mais cela restera une experience enrichissante et sans regrets!
Slideshow Report as Spam

Comments

factorx
factorx on

caro est partie ...
Moi je pense que Caro va bien se plaire là-bas.
Je pense même que Caro aura du mal à revenir après une telle expérience.

Ici à Bruxelles, c pas pareil.
la culture, la mentalité, ... mais aussi la polution, le stress, ... mais également la famille, les amis, les passions, ...

à bientôt Carosho

Tanguy

francois
francois on

hello from belgium
Coucou Caro,
Incroyable ton trip-puis le Gange, les enfants, etc... Tu ecris tres bien, on dirait qu'on y est. Un peu comme un reve.
Je te souhaite le meilleurs,
bises
francois

francois
francois on

attention a toi
Salut Caro,

J'ai entendu qu'il y a des attentats terroristes. Fais gaffe a toi, une blonde aux yeux bleus, ca se fond mal dans la masse par la... Ne prend pas de risque, ah oui, ne te baigne pas dans le gange non plus... Enfin la vie est un risque de toute facon, bisou, je pense a toi..

Francois

cgeuzaine
cgeuzaine on

Dessine-moi l'aventure!
Depuis que tu es partie, il y a comme un grand vide autour de nous. Mais quand je lis ton récit trépidant, je dis que tu as eu mille fois raison de charger ton sac à dos et de partir à l'aventure. Caro, tu es nos yeux, nos sens! Raconte, on boit tes paroles!
Caroline G.

francois
francois on

Les belges du bout du Monde
Are Krichna, tu vas a kathmandou? au fait, la politique la bas c'est comment? Qui dirige, qui exploite, qui fait avancer le schmilblick, comment est percu l'occident, y a t il des echanges positifs ou negatifs? Ils ont la connaissance je crois (universite, ecoles,...), les ressources (agriculture, elevage,?), pourquoi ils nous bouffent pas? Croises tu des indiens qui travaillent a l'etranger? genre des ouvriers qui vont se faire exploiter dans les emirats,...
Profite bien, bises

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: