La province de Jujuy

Trip Start Sep 30, 2012
1
98
167
Trip End Apr 01, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Argentina  , Northern Argentina,
Saturday, January 12, 2013

Salta, le 12 janvier 2013

Quatorze heures et 540 km de route ... telle fut ma journée.

Réveillée à 04 :30, je décide que je suis mieux de ne pas chercher à me rendormir … Je me lève, me lave et corrige avant qu'il soit l’heure d’aller déjeuner. 

Selon leurs bonnes habitudes, le bus se présente 20 minutes plus tard qu’annoncé, mais ce n’est pas grave, je lisais en les attendant.  La demoiselle qui s’est fort probablement nommée en début de journée mais dont je n’ai jamais compris le nom parce que çà m’a pris un bout à m’habituer à son anglais (je vais donc référer à elle comme « la guide ») me dit que je dois absolument apporter mon passeport.  J’ai jamais compris pourquoi parce qu’on n’est pas sortis d’Argentine, mais bon, je l’ai traîné toute la journée pour rien. Moi, me promener avec mon passeport, çà me rend nerveuse... Je me promène toujours avec une copie de mon passeport, mais celui-ci est habituellement bien en sécurité dans le coffre-fort ou dans une valise barrée.

Par contre, l’autobus s’est effectivement arrêté à un moment donné à un poste de douane et le chauffeur est sorti avec la liste des passagers (sur laquelle il y a notre citoyenneté et nos numéros de passeport), alors j’imagine qu’on a dû pendant la journée passer une ligne quelconque sans que je le réalise.

Je suis la 3ième personne embarquée d’un groupe de 16, donc j’ai le temps en masse de voir des hôtels, surtout qu’on est disséminés un peu partout en ville.  Çà me fait un p'tit tour de ville en même temps...

Et, bingo, la dernière passagère est à San Lorenzo, à 14 km de Salta alors je suis enchantée car j’avais prévu prendre un bus de la ville pour aller voir ce coin qu’on dit fort charmant.  Et effectivement, çà l’est

Ils roulent probablement les trottoirs à 20 :00 et la fille qu’on est allés y chercher, une torontoise qui habite maintenant Sao Polo au Brésil, me confirme qu’effectivement il n’y a rien à voir là.  Toutefois, elle est enchantée par cet endroit assez près de la ville pour s’y rendre en 15 minutes d’autobus, mais en pleine campagne.  Et le  B&B qu’elle partage avec une amie qui ne voulait pas faire l’excursion aujourd’hui ne leur coûte que 50$/nuit pour une superbe chambre avec salle de bain privée, alors en fait, elle paie la moitié moins cher que moi…

Remarque que moi, même 15 minutes, prendre un bus à tous les jours pour aller visiter, pas sûre que çà me tenterait, mais bon.

Donc, anyway, j’ai vu ce qu’il y avait à voir à San Lorenzo.  Check.

Le bus plein, on se met ensuite en route pour notre long périple à travers la Quebrada del Toro.  On passe donc par San Juan, arrêt à Santa Rosa de Tastil où il n’y a rien, mais rien à voir…

Ils ont un Musée que j’ai visité pour tuer le temps car on y est arrêtés 30 minutes… des roches pis des vases avec des têtes de bonhomme… sans commentaire.

On continue la route et je dois avouer que je suis un peu déçue.  C’est beau, mais rien d’époustouflant comme paysage. 

Par contre, ce qui est intéressant, c’est qu’on suit la route du Tren a las Nubes, le fameux train qui part de Salta et se rend à la frontière du Chili.  En fait, pas tout à fait car je crois que l’arrêt est à San Antonio de los Cobres, qui est encore en Argentine, dans la province de Jujuy.

San Antonio sera d’ailleurs notre 2ième arrêt et l’endroit où on va manger.  Quand on descend de l’autobus, on est envahis par des vendeurs ambulants.  Plus on monte au nord, plus les traits « incas » sont prononcés et plus la peau est foncée.  Et à voir la dentition, on devine que l’habitude de mâcher le coca est encore bien présente ici.  Je vous ai par contre pris des photos de petits enfants super mignons! Entre autres, regardez le coin droit de la 2ième photo de la crèche.  J'y tenté de coucher sur pellicule la photo d'un petit gars que j'ai vu se promener à la grandeur du village avec un chiot naissant dans les bras, comme on voit nos enfants se promener avec leur doudou...

Alors que le groupe entre immédiatement au resto, moi je décide d’aller me promener dans le village, mais j’en ai vite fait le tour, alors je reviens au resto et ils n’ont même pas été servis, ce qui fait que je vais manger en même temps que tout le monde même si je suis arrivée une quinzaine de minutes après eux. 

Je suis assise à côté de 2 filles de Buenos Aires et devant un couple aussi de Buenos Aires, et comme au moins 2 de ces 4 parlent anglais, le lunch au complet est un mélange d’anglais et d’espagnol.  Ils sont super gentils et me font tous goûter ce qu’ils ont commandé pour que je puisse reconnaître les divers mets typiques. 

Alors, j’ai mangé du lama !!!  C'est délicieux !

Et pour votre information « casserola »,  c’est pas du stew… c’est de la viande cuite à la vapeur… Alors, j’ai aussi goûté le « casserola »… délicieux même si c’est pas la viande la plus tendre au monde…

Parlant de lama, j’en ai vu pour les fins et les fous aujourd’hui, et aussi des Viculas, plus « minces » et moins pelus que le lama, et qui sont sauvages contrairement aux lamas qui sont des animaux domestiques

On reprend ensuite la route, cette fois-ci en direction de Salinas Grandes et on revient par la Quebrada de Humahuaca. 

Ce que j’avais pas eu comme « wow » depuis le début de la journée, c’est dans cette partie du voyage que je l’ai.  D’abord la route pour se rendre à Salinas Grandes : une route de terre où on se fait brasser pas à moitié pendant 2 heures… C’est sur cette route qu’on voit les lamas et les Viculas.  Faut dire qu’on est montés haut en maudit : 4000 mètres si je me souviens bien ! 

Ils ont eu de fortes pluies par ici hier et la route est souvent pas loin d’inondée… et à un moment donné, il se met à pleuvoir et croyez-moi, quand çà tombe dans ces coins-ci, çà tombe pas à moitié.  Alors je peux vous dire qu’à 4000 mètres d’altitude, sur une route de terre, tu te sens pas gros…

Salinas Grandes, c’est ahurissant… un lac de sel, à perte de vue.  En fait, une mine y opère alors on les voit charger d’immenses camions rien qu’en grattant « le lac »… Des piles de sel partout, et croyez-moi, c’est du sel !  Je me suis à peine trempé les doigts dans l’eau pour les mettre sur ma langue… c’est comme  si je m’étais versé une bouteille de sel dans la bouche.  Et ceux qui se sont mis pieds nus à l’eau sont ressortis de là les pieds blancs… alors c’est salé… Même le resto est en sel... Voyez les photos...

C’est après Salinas Grandes qu’on monte au point le plus haut, 4107 mètres, et ensuite on descend 2000 mètres en 30 km alors je vous laisse seulement deviner ce qu’a l’air la route… des lacets comme « the bishop road », mais encore plus en pente. Et dans le Quebrada de Humahuaca, c'est beaucoup plus "coloré".  Au point le plus haut, on est à la hauteur des nuages.  Regardez certaines des photos, c'est ahurissant !  Oh que j'aurais adoré conduire cette route avec la Mini... même si on est très haut, on est très rarement au bord de précipices, du moins en descendant, alors ce n'est pas une route vraiment épeurante, mais ce qu'elle doit être agréable à conduire... Et vous savez où ils dépassent?  dans les courbes... car c'est le seul endroit où on peut voir quelques dizaines de mètres en avant...

Notre dernier arrêt avant de prendre la route du retour sera à Purmamarca, où trois des voyageurs vont nous quitter… Un couple de gars qui va y passer la nuit et prend demain l’autobus pour le Chili à partir de Purmamarca, et une fille qui va je ne me souviens plus trop où avant de revenir à Salta…

On dit de Purmamarca que c’est un village de 500 habitants… ils devaient tous avoir ben de la visite en fin de semaine, parce que la place principale est bondée quand on y arrive... Sans farce, c’était noir de monde!  Faut dire qu’on est samedi et qu’on est arrivés là autour de 17 :00.  J'imagine que çà doit être un village comme St-Sauveur...

N’empêche, je ne suis pas sûre que j’aimerais çà moi être dans la foule comme çà… C’est le fun un soir, le temps d’un show, mais si c’est comme çà tout le temps ce petit village là, c’est pas reposant… 

Et vous savez ce qu’ils faisaient sur la place principale??? Un immense bingo !!! 

J’ai rien acheté, mais si vous cherchez de l’artisanat local de bon goût, c’est à Purmamarca que vous allez trouver çà… Et il faut avouer que le village est localisé dans un site enchanteur, entouré des "collines aux 7 couleurs".  J'ai tenté de vous prendre des photos, mais on n'avait pas assez de temps pour que je réussisse à trouver un point de vue où on n'avait pas de merde dans la face... J'ai pas eu le temps non plus de voir l'église consacrée à Rose de Lima qui date de 1648... dommage !

Long retour sous la pluie… On arrive finalement en ville autour de 21 :00 et ils reprennent la « tournée » des hôtels, et je vais être la dernière à descendre, à part la fille de San Lorenzo bien sûr !   

Le réceptionniste m’attend avec un message d’Adonis qui croit m’avoir trouvé un vol de Salta à Iquique au Chili et de Iquique à La Paz.  Décidément, y'est pas rien que beau ce gars-là, y doit être docteur parce que y'opère !!!

La fille qui nous a quitté à Purmamarca et qui voyage énormément m’avait de son côté fortement déconseillé de faire cette route en autobus.  Elle me dit que le système de transport Bolivien est pourri et que si j’en ai les moyens, de ne pas hésiter à prendre un vol, quitte à retourner à BA… Elle me conseille de regarder du côté de Santa Cruz (Salta-Santa Cruz et ensuite Santa Cruz-La Paz). 

Alors je vais regarder tout çà demain.  Et çà coûtera ce que çà coûtera, quitte à ce que je me mette au pain et à l'eau pour le reste du voyage, si je peux faire en avion, je vais faire en avion...

À moins bien sûr qu'il ne me chargent le prix qu'a payé mon riche ami Pierre pour sa première classe Montréal/BA/Montréal.  Chu pas riche et célèbre... j'fais juste me tenir avec du monde riche et célèbre...

Là, je suis tout simplement épuisée, alors je termine cette entrée, fais le ménage des photos, load le tout sur Flickr et demain je reviendrai vous en mettre certaines ici pour vous donner une idée de la journée.  Vous continuez de garder en mémoire que la qualité des photos n'est pas exceptionnelle quand je fais ces "tours organisés" car souvent les photos sont prises à travers la vitre de l'autobus.  Et en plus, tout l'avant-midi, j'ai le soleil directement de mon côté du bus... L'important ici pour moi est que vous ayez une idée de ce que je vois - je ne  cherche pas à gagner de prix pour la qualité des photos ...

Mais des fois, j'en ai des maudites bonnes !!!

Et demain, je vais poursuivre la visite des musées et peut-être terminer le circuito Calle Caseros. 

Ce matin, en ramassant les passagers, on est passés devant le Convento San Bernardo et la porte était ouverte… j’ai failli débarquer de l’autobus…

C’est un cloître, alors on ne peut visiter…

Possiblement un livreur qui n’avait pas bien fermé derrière lui…   

S’il pouvait l’oublier encore demain, maudite marde !!!

Buenos notches,

C xx

NOTES DE L'AUTEUR: les photos ont été ajoutées dimanche autour de 15:00. 
Slideshow Report as Spam

Post your own travel photos for friends and family More Pictures

Use this image in your site

Copy and paste this html: