Trekking dans la jungle

Trip Start Oct 08, 2012
1
24
50
Trip End Ongoing


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Lao Peoples Dem Rep  ,
Thursday, December 20, 2012

A peine arrivées au Laos, nous voilà embarquées pour un trek de trois jours dans la « jungle ». Nous sommes 5 à partir en compagnie de Sang Phet Phet, notre guide : Marco le slovène, Ruben l'italien, Mirto la grecque et nous deux. Petit groupe fort sympa. Le guide est un peu kitsh, aime imiter les différents animaux de la jungle et termine toutes ses phrases par « my friend ».

On est partis ! Mirto et moi devons faire du bricolage pour attacher les trois bouteilles d’eau que le guide nous tend au dernier moment (celles qui ne rentrent bien sûr plus dans nos mini sacs pleins à craquer). Nous commençons notre périple dans la jungle. Ca monte et ça descend. Tout le temps. Sang Phet Phet nous montre et nous explique plein de choses : Comment siffler et imiter le bruit du singe avec une feuille d’arbre, comment faire une cuillère à base de feuille de banane, comment faire un mini-portefeuille avec ces mêmes feuilles, comment guérir de la malaria et du « mal d’yeux »… Notre découverte favorite : Bamboo water, l’eau délicieusement sucrée et pétillante contenue dans les jeunes bambous (faut bien les choisir !) et qu’on partage avec plaisir.

Vers 16h, nous arrivons à notre première étape : Un petit village, de plus ou moins 200 habitants. L’accueil est chaleureux. Les enfants du village viennent tous nous dire bonjour (ils savent que Sang Phet a apporté des bonbons). On va tous les cinq se baigner dans la rivière pour se dépoussiérer de cette première journée de marche. Nous faisons ensuite un petit tour du village et rencontrons un petit monsieur comique qui s’amuse à poser pour notre appareil photo. Coucher de soleil sur la rizière. Ensuite, repas ! Sang Phet nous a préparé un plat très sucré à base de potimarron et d’œufs. Le chef du village, un jeune type de 25 ans vient manger avec nous et donne au repas un caractère un peu officiel … Au début. Ensuite, quelqu’un sort une bouteille de Lao Lao, cet alcool à base de riz fermenté et l’ambiance se relâche très vite. Les verres tournent autour de la table. On fait une ronde de chants où chacun chante une chanson typique de son pays. Un gosse du village nous fait une démonstration de tours de magie que Mélanie a très bien compris mais qu’elle ne sait pas nous réexpliquer (ahah, comment j’ai un doute). Une fois l’ambiance retombée, nous allons nous coucher sous les moustiquaires préparés avec amour par notre guide. On s’endort alors qu’il est en train de nous raconter ses peines de cœur.

Le lendemain, on quitte le village de bon matin, après un dernier petit cérémonial où chacun reçoit un bracelet censé nous porter bonheur. Et c’est reparti : On monte et on descend. On quitte rapidement les rizières dégagées pour nous ré-enfoncer dans la jungle.  La journée passe agréablement. Le guide nous parle sans arrêt du programme du soir : chasse, pêche et cuisine. Nous arrivons de bonne heure à notre campement, en pleine jungle. Le guide nous construit  un abri à base de bambous et de feuilles de bananes (c’est fou tout ce qu’on peut faire avec du bambou et des feuilles de bananes). Le soir tombé, nous partons  « pêcher » avec des torches artisanales et des harpons en bambous. On abandonne rapidement. Mais « comme  par hasard », lorsque l’on rejoint le campement, un petit monsieur nous attend avec des poissons qu’il a pêché pour nous les vendre. Nous nous asseyons à 5 autour du feu et racontons des blagues. Sang Phet n’est toujours pas revenu de sa pêche. Et tout à coup, 3 types sortent de nulle part, traversent en vitesse notre campement avec un fusil et des bâtons. C’est fou tous ces gens qu’on trouve dans la jungle le soir J . Sang Phet revient seulement une heure après, après avoir imité le bruit du tigre pour que nous, naïfs touristes, ayons l’impression de vivre dangereusement dans cette forêt pleine d’animaux sauvage. Bref, c’était une chouette soirée malgré son petit côté « attrape-touriste ».

Notre nuit à la belle étoile se déroule sans problème. Personne ne meurt emporté par un tigre, dévoré par une araignée géante ou tué par les drôles de gens au fusil. Et le lendemain, nous repartons pour notre dernière journée de la marche. Pour ma part, la plus difficile. La nuit n’a pas été des plus reposantes et la fatigue commence à se faire sentir. Nous nous arrêtons dans un village. Sang Phet nous propose de nous baigner. On est un peu mal à l’aise de se baigner en bikini si proche du village. Sang Phet insiste et finalement nous nous changeons. La moitié des enfants du village assiste à notre baignade et cela augmente notre malaise. Finalement, nous repartons. Et on continue à monter et à descendre. On crève de faim et le repas tarde. On ne mange que vers 15h. On est épuisés.  Le trek touche à sa fin et nous rejoignons rapidement une route où un mini-van nous attend pour nous ramener à Luang Nam Tha. Comme nous avons du mal à nous quitter, nous nous retrouvons le soir avec Mirto, Ruben et Marco pour un dernier petit souper.  

Malo



 
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: