Étape 44 - La Louisiane

Trip Start Sep 05, 2007
1
44
Trip End Apr 20, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of United States  , Louisiana
Sunday, March 30, 2008

N.B. Si vous avez lu l'article précédent avant que les photos soient là, vous pouvez y retourner, elles ont été ajoutées; les sites américains ne sont pas mieux qu'au Mexique jusqu'à maintenant.


La Louisiane

Le dimanche 30 mars, nous quittons Houston en direction de Bâton Rouge en Louisiane ; nous avons choisi Bâton Rouge comme point d'arrêt pour pouvoir rayonner vers Lafayette et New Orléans sans avoir à déplacer les caravanes.Sur la route de Bâton Rouge, on doit traverser une route sur pilotis de plus de 20 kilomètres de long, qui traverse les bayous,sorte d'immenses marais.

Le lundi 31 mars, c'est la visite de Bâton Rouge. C'est une petite ville en bordure du Mississippi au bord duquel a été construit un belvédère que nous avons marché d'un bout à l'autre pour aller prendre un trolley qui devait nous amener au centre-ville. Comme ce dernier tardait à se présenter, nous avons décidé de marcher jusqu'à l'attraction principale du centre-ville, le Capitole.

Reprenant nos habitudes du début du voyage, nous sommes allés visiter le Capitole de la Louisiane. Sa construction a débuté en 1930 pour se terminer en 1932, soit pendant la dépression. Le gouverneur Long a eu le mérite de convaincre les gens de sa construction, mais a été assassiné à l'intérieur du Capitole en 1935. On peut voir des photos illustrant l'événement et voir les murs percés de balles lorsque les policiers ont tué le présumé meurtrier.

L'édifice est le plus haut de la Louisiane à 137 mètres (27 étages) ; il est construit en calcaire du Vermont et marbre d'Italie. C'est un édifice assez modeste ; on entre dans les Chambres du Sénat et des Représentants par de grandes portes de bronze. Les deux salles se ressemblent avec l'usage de la pierre, du bronze et du bois ; nous avons rencontré un gardien de sécurité qui était un ancien joueur de football ayant gagné deux Superbowls et on a vu ses bagues. Il nous a fait voir des marques laissées au plafond à la suite de l'explosion d'une bombe au moment où personne n'était dans la salle.

On a terminé la visite en montant à un point d'observation d'où on peut admirer Bâton Rouge et le Mississippi à une hauteur de 110 mètres. Après être redescendu sur terre, on a dîné dans les jardins du Capitole et marché le centre-ville avant d'entreprendre notre visite de l'après-midi.

Au programme de l'après-midi, une visite de la plus grande résidence d'une plantation de canne à sucre, dans le sud des USA, Nottoway. La bâtisse comprend 64 pièces, 22 colonnes, 16 cheminées et 6 escaliers. Il y a une ouverture pour chaque jour de l'année, soit 200 fenêtres et 165 portes ; une particularité est la hauteur des plafonds à 15,5 pieds et des portes à 11 pieds.

Pendant la guerre de Sécession, cette résidence a été épargnée parce qu'un officier nordiste a reconnu la maison, car il y avait déjà été invité. Dû à la grandeur de la résidence, il y avait 13 sonnettes installées dans différentes pièces pour indiquer aux domestiques où aller pour le service. En visitant les différentes pièces, on nous a fait remarquer qu'il y avait peu de placards, car les impôts étaient payés en fonction du nombre de portes de la résidence. Les propriétaires originaux, la famille Randolph, y ont élevé 11 enfants. En plus de toutes les pièces richement décorées, la résidence est sur un terrain magnifique en bordure du Mississippi. Seule petite note négative, l'entretien des lieux laissait à désirer.

Le mardi 1er avril, on prend la direction de Lafayette avec un premier point d'arrêt à St-Martinville mieux connu sous le nom de « Pays d'Évangéline ». On a d'abord visité le parc du Chêne d'Évangéline et photographié le chêne qui aurait été le lieu de retrouvailles d'Évangéline et son mari après la déportation des Acadiens. On a ensuite visité le musée qui nous a permis de revivre la triste histoire de la déportation des Acadiens.

On s'est ensuite dirigé vers un village acadien reconstitué où on a pu visiter les différentes maisons et commerces qui ont permis aux acadiens déportés de reprendre une vie normale. On a bien essayé de trouver des points d'intérêts à visiter à Lafayette, mais à part les musées, on nous référait à des activités qui se passaient seulement en fin de semaine. On s'est donc limité à un tour de camion.

Le mercredi 2 avril, c'est au tour de la Nouvelle-Orléans. La ville est à plus d'une heure de route de Bâton Rouge. Comme on voulait souper en ville, on a quitté à 10 heures ce qui nous a laissé le temps de visiter le port avant de dîner. Après dîner, marche dans les rues de la ville et tour de ville en autobus.

Le tour a débuté par la visite du quartier français de la Nouvelle-Orléans avec ses maisons typiques, ses restaurants cajuns et ses bars de musique régionale. On s'est ensuite dirigé vers le centre-ville qui ressemble à toutes les autres villes avec ses hôtels, ses édifices commerciaux et ses tours à bureaux, mais rien de très haut. L'arrêt suivant était un cimetière pour nous faire voir la facon particulière d'enterrer les tombes en surface parce que les inondations pourraient faire sortir les tombes de la terre s'ils utilisaient la méthode traditionnelle.

On nous a ensuite amené constater les dégâts de l'ouragan Katrina en 2005. On nous expliqué que la ville étant six pieds plus bas que le niveau de la mer, il y a des murs qui protègent la ville des vagues soulevées par les tempêtes et qu'un système de plusieurs pompes, à la base des canaux qui drainent l'eau de pluie de la ville, doivent pomper les surplus d'eau dans la mer.

Lors de l'ouragan Katrina, une partie du mur de protection a cédé et a laissé entrer l'eau qui a inondé 80 % de la ville à des hauteurs variant de dix pieds à quelques pouces. On a vue deux secteurs qui ont été affectés différemment ; le premier est celui situé en dehors des murs de protection où l'eau est monté jusqu'au toit des maisons et où tout doit être reconstruit à neuf. Environ 60 % des gens sont de retour, mais plusieurs ne seront pas revenus avant 2010, s'ils reviennent, car cette zone ne sera jamais protégée d'ouragans de la force de Katrina. L'autre secteur est celui immédiatement après le mur de protection où l'eau a atteint six pieds ; les maisons doivent être rénovées à grands frais avec l'aide des assurances ou du gouvernement et c'est long. Dans ce secteur, environ 80 % des gens sont revenus, mais le nombre de maisons affectées est très grand.

On a fini la journée sur une note plus joyeuse en soupant dans un restaurant où on a pu goûter des mets typiques de la cuisine cajun au son d'un groupe de musiciens de blues. On a pu goûter leur fameux « crawfish » sorte d'homard miniature qui sont élevés dans des champs inondés comme la canneberge. Tout le monde s'est régalé et on garde un beau souvenir de ce souper.

Le jeudi 3 avril, on avait rendez-vous à 16 heures pour une visite des bayous en bateau. Comme un groupe de visiteurs ne s'est pas présentés, la visite a été annulée, mais.... la responsable n'ayant pas pu nous rejoindre pour nous aviser, elle a voulu nous compenser en nous offrant une visite privée de l'enclos des alligators. L'enclos compte environ 60 alligators tous âgés d'environ 45 ans, soit d'âge mature et à leur pleine grosseur. Pour qu'on puisse les voir en dehors de l'eau, la dame s'est amenée avec un sceau de morceaux de poulets et est entrée dans l'enclos pour attirer les alligators. Il fallait la voir attirer les alligators avec son poulet et les tenir à distance raisonnable avec un bâton d'environ 6 pieds ; on a passé plus d'une demi-heure à prendre des photos et poser des questions. La visite a finalement été très intéressante et instructive.

Le vendredi 4 avril, on s'est dirigé vers la ville de Natchez. C'est une petite ville, que nous avons visité le samedi 5 avril, avec peu de points d'intérêts. Notre objectif était de s'approcher du départ de la fameuse « Natchez Trace » présentée comme une incontournable dans les revues de caravaning et très recommandée par nos amis caravaniers.

Le dimanche 5 avril, on a débuté l'exploration de la Natchez Trace. C'est une magnifique route dans la forêt qui s'étire sur 440 milles entre Natchez et Nashville, sans aucuns feux de circulation ou stop ; on peut mettre le « cruise » à 50 milles à l'heure et filer pour 440 milles. Cette route a été construite en bordure du sentier d'origine qui permettait aux voyageurs à cheval ou à pieds de voyager entre Natchez et Nashville en longeant le Mississippi. Il y a peu de points d'intérêts si nous ne sommes pas intéressés par les sentiers pédestres. On pensait s'arrêter une nuit avant de se rendre à Tupelo, mais le camping que nous avions retenu n'étant pas trop invitant, on s'est rendu directement au lieu de naissance d'Elvis Presley.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: