Pète et répète sont en bateau...

Trip Start Jan 28, 2011
1
21
34
Trip End May 28, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
6 de Agosto

Flag of Peru  ,
Friday, March 18, 2011


(Rédaction bruyante ce matin.  Un marching band bolivien nous bousille les tympans avec une cacophonie organisée tentant de reproduire la toune de Titanic.  Mais la Bolivie, ce sera pour un autre billet.)

Nous sommes arrivés à Copacabana à 4h du matin.  Notre hostal nous annonce à notre arrivé qu'il y a deux places à combler sur un bateau qui quitte le matin même (à 7h) pour les îles du Lac Titicaca.  Puisque les places sont en rabais, nous acceptons.  Calcul rapide, cela nous laisse environ 2h30 de sommeil.  Oups !  Mais pour des accros aux visites hyper-touristiques comme nous, c'est une occasion à ne pas manquer.  Oh boboy.

Notre bateau est un croisement entre un bateau-mouche et un remorqueur... Déproportionellement rempli de Français au mâche-patate olympien (ils commentaient TOUT), le bateau mets le cap sur la première île.  Nous étions époustouflés, émerveillés, sans mots, sensationalisés et flabbergastés de voir que Lago Titicaca c'est.......... un LAC...!  Vous savez, comme... ces lacs qu'on trouve parfois près de chez nous?  Il était grand, entouré de montagnes au dos arrondi, mais nous avons compris le décalage entre ce que les Européens voient dans ce paysage, et ce que nous y voyons moins.  Les Européens y voient un paysage grandiose, un miracle de la nature.  Nous y avons vu un grand lac, véritable manifestation de la création des Titans, mais comme tout plein que nous avions déjà vu au Canada.  Reste qu'une balade en bateau sur un grand lac, ce n'est jamais désagréable.

Notre premier arrêt se fait sur les îles Uros, des îles flottantes, entièrement construites à partir de tortora (un type de roseau).  Par contre, l'île où nous sommes arrêtés triche un peu et utilise aussi de l'eucalyptus.  Le guide nous expliquait que les pères fondateurs de ces communautés d'îles flottantes, depuis la nuit de temps, utilisent la tortora (roseau) et l'eucalyptus pour construire leurs îles.  Mais l'eucalyptus n'a-t-il pas été introduit par les anglais au milieu du 19e siècle?  C'est un détail voyons, il y avait bien un centurion avec une montre dans Ben Hur, non?

La tortora est aussi appelée 'la banane des Uros'', car une fois pelée, elle est une bonne source de potassium, calcium et fluor.  Il faudrait simplement les avertir que le fluor, bien que bon pour les dents, n'est pas une cure contre le diabète juvénile.  Nous nous sommes fait cette réflexion après avoir une très très grosse petite fille d'un an se goinfrer compulsivement de boules de sucre+colorant. 

Nous restons mitigés par cette visite...  bien que les îles soient impressionnantes (c'est un amas de compost qui flotte après tout), l'accueil que nous avons reçu était bien pire que le match touristique Quechuas-Gringos.  Partout où nous sommes allés auparavant, bien que les Quechuas utilisaient leur folklore/traditions pour s'attirer des clients gringos, ils semblaient tout de même garder un semblant d'authenticité dans leur quotidien (tissage, agriculture, élevage, etc.).   Les îles étaient plutôt comme un parc d'attraction de 400m carrés.  Dès que nous y avons mis pied, le spectacle a commencé : blagues répétés, petites mises en scène, habits traditionnels prêts à être enfilés par les touristes... le clou du spectacle?  Les femmes se rassemblent pour chanter comptines et chansons anglophones populaires.  Malaise intense.  Pendant que d'autres les acclament, nous disparaissons dans le bateau avec une españole et son chum brésilien, qui ressentent le même malaise. 

Après un immense détour, nous arrivons ensuite sur l'île de Taquile.  Cette grosse île pas-flottante, aux allures un peu méditéranéennes, est bien jolie.  Tant de l'extérieur que de sa plaza centrale.  Bien qu'on en fait rapidement le tour, les toits de terracotta et les habits des paysans (qui semblent réellement faire partie de leur quotidient) donnent un petit charme à cet endroit.  De la terasse du restaurant, nous pouvions même apercevoir la Cordilera Real (sommets enneigés) de la Bolivie.  Après le resto, pour redescendre vers le bateau, nous devions arpenter les 534 marches qui nous séparaient du port.  Une Française a compris (et annoncé à tous les autres Français) qu'il fallait descendre 134 marches.  Quelle ne fût pas leur surprise.  Nous en avons entendu parler pendant tout le deux heures nous séparant de la berge....

Après Lago Titicaca, nous somes retournés à Puno.
Puno la laide
Puno la plate
Puno la vide
Puno la sale
... du moins au dire de beaucoup de gens et de plusieurs guides de voyage.
Pourtant, nous n'y avons vu qu'une ville péruvienne normale, dénudée d'attraits touristiques et d'attrape-touristes.  Une ville sans ruines, sans place centrale impressionnante, sans murailles bicentenaires.  Une ville où les Péruviens s'affairent à leur quotidien et où une poignée d'infrastructures existent comme tremplin au Lago Titicaca.  C'est d'ailleurs là où nous avons mangé le meilleur repas, au meilleur prix, avec le meilleur service de tout notre voyage.

Belle surprise pour finir le Pérou... le hasard a fait que nous sommes retombés sur nos deux amis allemands, rencontrés au Colca Canyon, avec qui nous avons pu souper et trinquer, avant de se séparer encore une fois.

Aurevoir Pérou ! 
Bonjour la Bolivie !

Le lendemain, arrivée à Copacabana, en Bolivie (oui oui, pas au Brésil).  Autre station balnéaire du lac, nous y avons débuté nos recherches pour organiser un voyage dans la jungle bolivienne.  Un ami plein-air-o-phile et amoureux de la faune nous avait vanté les mérites de la jungle bolivienne avec passion.  C'était donc notre prochain arrêt.  L'état des routes incertain entre La Paz et Rurre nous forçait à chercher une alternative plus sûre, mais moins chère que l'avion.  Nous devions donc poser le plus de questions possible, au plus de gens possible.  Copacabana était un bon départ avec ses quelques agences de tourisme d'aventure... ou c'est ce que nous avions cru. 

Mais c'est pour un autre billet !

xxxxxxxxx 

Slideshow Report as Spam

Comments

Nadine xox on

LA FRANCE ! K_CLOP!K_CLOP! ;P
Crevante cette entrée...j'en ris encore...N'empêche que vous m'avez donné le goût de machouiller une vraie cane à sucre...comme lorsque j'étais petite...Nous attendons la suite de ce billet avec gourmandise!!

Janine Messadie on

J'aime bien ta photo Émilie, aux excès de fluor!
Et cette photo rondelette...d'une puce qui en mange trop!!!

Je prends toujours un plaisir à vous lire

Bon séjour à Copacabana...

Jxx

Lorraine on

Attention à la Route de la Mort (Chemin des Yungos) de La Paz à Coroico... Entendu dire qu'il y avait là 96 morts par année..... très étroite, toute en courbes et très creux si on tombe!!!!!!!
Sur ce, bonne suite d'aventure et continuez de bien vous amuser (et nous aussi par le fait même).

Denis on

........Ahhhh cé ti beau un Lac hein ?.... En passant, aller vous voir la Saline d'Uyuni ou de Tunupa ? Le plus grand désert de sel au monde sur les plateaux de la Bolivie dans la Cord. des Andes. Lorsque recouvert d'eau (à ce qui parait) c' est le plus grand miroir sur la terre...Hâte de lire votre prochain billet. Bye

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: