Bye-bye Singapour

Trip Start Feb 04, 2012
1
23
24
Trip End May 15, 2012


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed

Flag of Malaysia  , Johor,
Monday, February 27, 2012

Après notre dernière nuit dans le dortoir que nous avons partagé en tout avec 11 personnes au cours des 5 nuits passés au InnCrowd Hostel 2, nous avons rendu le badge magnétique qui permet l'ouverture de la porte principale et la clé de notre casier. Je reviens sur quelques-uns de nos compagnons de chambré. L’un d’entre eux, le plus discret et le plus mystérieux, s’est fabriqué une vrai cabane. La chambre est dotée de 4 lits à étages et accueille jusqu’à huit personnes. Lui s’était installé sur l’un des lits inférieurs et avait pendu de chaque côté de la structure supérieur du lit des grandes serviettes et des couvertures afin de s’isoler complètement des autres. Il s’était même installé une lampe dans son petit chez-soi. Il revenait le soir vêtu d’un costume, se douchait et se cachait dans sa petite cabane. Ce doit faire déjà quelques temps qu’il vit là. Un soir je l’ai observé en train de trier une grande quantité de papiers et de vieux journaux. Un personnage singulier. Il y avait aussi une fille, vraisemblablement de Malaisie qui passait son temps libre dans la chambre à regarder des séries sur son ordinateur et ce jusqu’à très tard dans la nuit. Des fois elle se levait, se couvrait le chef d’un voile, déroulait un tapis entre deux lits et faisait sa prière. Il y avait aussi une jeune fille coréenne qui faisait bruler ses bâtons d’encens dans la chambre, puis une grande blonde que j’ai surnommé Shakira qui étalait ses affaires de partout. Au moment où elle partait nous voyons qu’elle avait laissé sa crème solaire à côté de nos affaires. Carla lui dit gentiment qu’elle est en train d’oublier quelque chose et Shakira lui répond sans un merci ni un sourire qu’elle n’en a plus besoin et qu’on peut en faire ce qu’on veut. Sympa de se faire prendre pour une poubelle. Certaines personnes ont vraiment de gros problèmes de communication. Ce qui nous a marqué c’est que la plupart de nos compagnons ne salue même pas en entrant de la chambre.

J’en reviens donc à notre dernière matinée à Singapour. Nous prenons notre petit déjeuner, laissons nos gros sacs à l’auberge et nous mettons en route pour le jardin botanique. Il y a peu de monde et l’endroit est magnifique et, à l’image de Singapour, très entretenu et organisé. Nous passons par une zone du parc qui s’appelle Evolution Garden. Elle retrace l’apparition de la vie végétale et animale sur terre. On y voit des arbres pétrifiés, les premières plantes à être apparu sur terre, tout est très bien illustré et expliqué. Nous traversons ensuite d’autres zones du parc, dont une espèce de petite jungle et un jardin dédié aux bonsaïs. Je me permets même une petite conversation avec un oiseau (voir la vidéo). Nous quittons le parc et prenons un bus qui nous mène à Orchard Rd. J’en profite pour remplacer la protection du viseur de mon appareille photo. Nous déjeunons dans un centre commercial et repartons chercher nos affaires à Little India. Nous voici donc chargé de nos sacs à dos en marche pour la station de bus de Queen Street. C’est depuis cette station que nous prenons le bus pour Johor Barhu, la ville dortoir qui se trouve en Malaisie en face de Singapour. C’est une grosse ville qui aimerait bien rivaliser avec Singapour, mais je vous le dit pour y avoir été, il y a du boulot à faire ! Le bus quitte donc Singapour et juste avant de s’engager sur le causeway (grand pont) qui la relie à Johor Bahru, nous nous arrêtons une première fois pour un control de passeport durant lequel nous obtenons notre tampon de sortie. À la sortie du pont nous nous arrêtons une seconde fois pour un autre control de passeport et cette fois pour un obtenir notre visa d’entrée en Malaisie. Nous continuons notre chemin à pied car la douane se trouve en plein centre-ville. La sortie de la douane se fait par un centre commercial. Quelle surprise ! Depuis Singapour, nous avons l’impression que tout est fait pour que nous passions par des centres commerciaux. Nous apprenons aussi que de nombreux singapouriens viennent à Johor Bahru y faire leur course car les prix sont bien plus bas. Nous peinons un peu à trouver un hôtel. Le prix des chambres est presque aussi élevé qu’à Singapour et pourtant nous n’y sommes pas. Nous avons traversé une frontière et ça se sent. La ville est plus sale et plus polluée. Nous trouvons un hôtel, posons nos affaires et nous reposons un moment. Nous allumons la télévision. Nous tombons sur une chaine singapourienne. Tous les programmes parlent d’affaires, d’entreprises, de marketing ou de finance. Ils ont même un reality show dans lequel de jeunes entrepreneurs doivent présenter leur business plan et convaincre un banc de business angels (de grands investisseurs prêts à aider de jeunes entrepreneurs) d’investir dans leur affaire. Après cette pause nous partons à la recherche d’un endroit pour diner. Il y a une espèce de petit marché proche de notre hôtel et non loin de là quelques restaurants de rue. Nous observons les plats qui se préparent afin de choisir où s’assoir. Chaque endroit a sa musique et ils n’ont pas peur des décibels ! On nous sert une assiette de nouilles avec des crevettes et des œufs frits et une sauce bien épicée. Juste à côté de ça s’était organisé un karaoké en plein air où une femme chantait comme une casserole devant un auditoire peu réceptif. Nous rentrons à l’hôtel. Notre chambre donne sur la rue avec la terrasse d’un restaurant chinois juste sous la fenêtre qui semble aussi participer à un concours de décibels. Ça a duré jusqu’à 1h du matin.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: